IMG_1259r

Conférence à Saint Laurent de la Salanque

 

 

 

 

Vendredi 25 novembre 2022 à eu lieu, à l’invitation de la commune de Saint Laurent de la Salanque, une conférence avec pour thème, l’histoire du Lydia. ces conférences permettent de sensibiliser les habitants de la Salanque de la valeur patrimoniale du “Paquebot des Sables”.

Le président de l’association, Olivier Alba a donc réalisé celle-ci devant une salle comble.

A l’issue de celle-ci une séance de dédicace à eu lieu.

Beaucoup de spectateurs ont ainsi pu véritablement découvrir ce qui se cachait derrière cette silhouette dressée sur la plage du Barcarès depuis plus de 50 ans.

Le président, soutenu par quelques membres de l’association, a su tenir en haleine les spectateurs, durant toutes la conférence, par son enthousiasme et sa passion communicative.

Le séance de dédicace qui a suivi, a permis d’échanger de manière informelle avec plusieurs participants et ainsi ouvrir de nouvelles pistes sur de futures acquisitions d’objets historiques.

En outre, beaucoup de ces participants se sont montrés fortement intéressés par une future visite guidée du Lydia, avouant qu’en fait, ils venaient de le redécouvrir, ignorants complètement ce qui se cachait derrière la grande silhouette de métal.

L’association tient à remercier la municipalité de Saint Laurent de la Salanque d’avoir organisé cet évènement et rendez-vous est pris pour de futures visites guidées sur le site.

Merci aussi à tous les participants ainsi qu’aux membres de l’association qui avaient pu faire le déplacement.

L’aventure du Lydia continue!

thumbnail_IMG_0103

De bien belles journées du patrimoine 2022

Les journées du patrimoine  des samedi 17 et dimanche 18 septembre 2022, ont été l’occasion d’une présence en force de l’Association des Amis du Moonta-Lydia à bord du paquebot.

Pour tenir bon face à l’abordage de presque 2 000 passagers durant le Week-end, l’association avait organisé un roulement par demi-journée pour se repartir les différents postes à bord à savoir: le Stand de l’association au niveau du grand escalier, la buvette sur la plage avant, ainsi que l’organisation des deux visites guidées journalières.

Ces deux visites guidées ont eu beaucoup de succès au point que celles de l’après-midi ont rassemblé pas moins de 80 personnes qu’il a fallu piloter dans le navire. Heureusement celles du matin se faisaient de manière plus “intimiste” même si il y avait pas moins de 30 à 40 passagers.

Cette croisière immobile d’une heure et demi, se proposait d’emmener ses passagers d’un jour dans le temps à travers la formidable destinée d’un paquebot presque centenaire.

Surprise pour ces visiteurs, la visite guidée se terminait par l’ouverture exceptionnelle de la timonerie, où le président de l’association se proposait de prendre en photos ceux qui le désiraient à la barre du Lydia. Un souvenir inoubliable.

Les visiteurs pouvaient en outre, à l’issue de la visite, se procurer le livre qui retrace l’histoire du paquebot et se le faire dédicacer par l’auteur pour prolonger l’expérience.

307720377_1211254513081715_2179749936814332441_n

le Samedi soir a été l’occasion de se retrouver dans le calme pour la traditionnelle AG de l’association.

Au milieu de la visite, les passagers pouvaient se rafraîchir à la buvette de l’association et ainsi participer à la réalisation de nos missions dont celle qui consiste à acheter, parfois à l’autre bout du monde, les objets historiques en lien avec l’histoire du “Paquebot des sables”. C’était aussi et surtout l’occasion de discutions plus intimistes où tout un chacun pouvait poser ses questions ou raconter une anecdote personnelle sur un évènement qu’il avait vécu à bord du Lydia.

Pour conclure un grand merci à tous qui, par leur investissement, ont rendu ces journées possibles et on vous dit d’ores et déjà:

“Bon vent et à l’année prochaine!!”

L’AAML

A . A . M . L

Association des Amis du Moonta-LYDIA

L’Association des Amis du Moonta Lydia a été crée en 2015. C’est une association loi 1901 à but non lucratif dont l’objectif est de contribuer à la préservation, la sauvegarde du patrimoine matériel, historique et culturel du paquebot LYDIA ex-MOONTA, ensablé à vie au Barcarès (Pyrénées-Orientales, France).

 

Nos missions :

-Assurer la promotion du Lydia (réception de journalistes, site internet, support divers de promotion)

-Collecter les objets, documents divers et témoignages en lien avec l’histoire du “Paquebot des sables”.

-Fournir une assistance technique et historique en vue de la restauration intérieure et extérieure.

-Organiser des expositions à bord et/ou en lien avec le Lydia

-Organisation de conférences,visites guidées

-Participer au développement d’une muséographie autour du « Paquebot des sables »

Pôle modélisme afin de réaliser des maquettes/ Modèles réduits du Lydia (et pas que…)

web-banner-3-FR-1

Journées du patrimoine des 17 et 18 septembre 2022

A l’occasion des journées du patrimoine 2022 (samedi 17/dimanche 18 septembre), L’association des Amis du Moonta-Lydia sera heureuse de vous accueillir à bord du Paquebot des sables.

A cette occasion deux visites guidées gratuites seront organisées par l’association chaque jour: La première le matin à 10 h, la seconde l’après-midi à 15h30.

Vous pourrez aussi en profiter pour vous faire dédicacer le livre retraçant l’histoire du Lydia, échanger avec nous au stand, ou encore autour d’un verre à la buvette de l’association.

Horaire: 8h/12h – 14h/17h20 (dernière montée).

43528161_271966940119162_6263392907026235392_n

Dimanche 11 juin 1967

Le dimanche 11 juin 1967 au petit matin, Le Lydia est en vue de sa dernière escale.

Au nord se dessine dans le petit jour la falaise de Leucate tandis qu’apparaît face à lui une bande de sable basse, déserte et battue par les vents : son ultime port d’attache.

Le Lydia en vue du Cap Leucate- Crédit photo A.Parés
Le Lydia en vue du Barcarès- Crédit photo Semeta

Dans les semaines qui précédaient l’opération de mise à terre du paquebot, il avait fallu préparer le terrain, c’est à dire faire creuser par une drague flottante, un chenal de 600 m de long et 7 m de profondeur. Pour amener celle-ci de l’étang de Salses à la mer, on a fait lui fait donc parcourir  750 m sur le sable, sur des boudins gonflés d’air.

La drague traverse depuis l'étang tractée sur de boudins d'air
La drague creuse le port artificiel qui accueillera le Lydia - crédit photo A.Parès

Parti de Marseille la veille et accompagné de deux remorqueurs (le Provençal 6 et le Phocéen ), le Lydia arrive en vue du Barcarès  le dimanche 11 juin 1967 au petit matin. 

 

Première étapes de l’échouage, des câbles sont fixés à la proue du paquebot, puis fixés à terre à de puissants engins de chantier, tandis que les remorqueurs se fixent à l’arrière du navire afin de maintenir l’axe du chenal. La Tramontane, tout de même un peu forte, ne facilitant pas les opérations

 

Enfin, les engins de chantier se mettent à tirer le paquebot. 

 
Le Lydia est maintenu dans son chenal par les remorqueurs et il est tracté par les engins de chantier

Bien aligné face au chenal par la poussée des remorqueurs, le Lydia avance doucement entre les bouées qui marquent les limites du chenal d’accés. Une élingue se rompt soudain sous l’effet du vent et le navire se met à dériver, risquant de s’échouer. Sur la plage la tension est extrême tandis que les deux remorqueurs interviennent pour le remettre dans l’axe. Plus de peur que de mal mais lorsque le sénateur se retourne, autour de lui tous les ingénieurs étaient livides. Fausse alerte !

l15 - Copie

Crédit photo – A.Parès

Les opérations ne sont néanmoins pas terminées. Mètre après mètre, Le Lydia pénètre à l’intérieur des terres suivi comme son ombre par le Provençal 6. Malgré quelques frayeurs dues essentiellement à la Tramontane qui ne faiblit pas, le Lydia s’immobilise à l’emplacement prévu, et le Provençal 6, peut décrocher sa remorque et regagner avec la pleine mer.

Crédit photo – A.Parès

 

Les techniciens qui commandaient la manœuvre, n’en ont pas fini pour autant. Le Lydia flotte à cent mètres à l’intérieur des terres certes, mais plusieurs opérations successives doivent encore le faire pivoter, puis le surélever pour amener la ligne de flottaison au niveau de la plage soit 3 mètres au-dessus du niveau de la mer. Enfin, il s’agit de l’immobiliser définitivement dans son lit de sable. Le planning prévoit que l’échouage sera achevé le 30 juin.

Les bulldozers entreprennent d’abord de combler le chenal et de refermer le port pour isoler le Lydia de la mer, ce qui est terminé deux jours plus tard. La drague, qui joue le rôle de pompe géante, intervient alors et comble une partie de ce qu’il reste du petit port remplaçant l’eau par le sable. 

Crédit photo – SEMETA

Phase suivante : une digue de sable, recouverte de bâches de plastique, est élevée tout autour du lit du Lydia.

Crédit photo – A.Parès

La drague y déverse bientôt des centaines de mètres-cubes d’eau et le Lydia s’élève peu à peu, comme dans un sas d’écluse. Sa ligne de flottaison est à présent au-dessus du niveau de la plage et il peut être lentement amené par les bulldozers à la verticale du berceau qui lui a été confectionné. Il suffit dès lors de pomper l’eau pour qu’il vienne délicatement s’y poser.

Crédit photo – SEMETA

Au final, la drague et les bulldozers feront enfin disparaître toute trace du port.

Crédit photo – SEMETA

Crédit vidéo: France 3 – Pays catalan

Le «Paquebot des sables» est né!

Crédit photo – SEMETA

Bientôt une armée d’artisans va prendre le navire à l’abordage pour le transformer en palais du tourisme mais ça, c’est une autre histoire….

                                                Olivier Alba

Festival du Polar et de l’Aventure 2021

Un nouvel équipage d’auteurs prestigieux montera à bord du Lydia du 24 au 26 septembre 2021.

Le festival « Méditerranée Polar et Aventure » présente sa 5ème édition, exceptionnellement programmée au mois de septembre pour les raisons sanitaires que l’on connait.

Créé par la ville du Barcarès et le Centre Méditerranéen de Littérature, en partenariat avec le magasin Cultura, le festival regroupera cette année une trentaine d’auteurs de polars et de littérature de l’imaginaire parmi les plus prestigieux du moment.

Conçu comme un carrefour littéraire, cet événement a pour ambition de faire découvrir à chacun de nouveaux genres et de de nouveaux auteurs tout en permettant aux passionnés de rencontrer leurs écrivains favoris.

Et des échanges, il y en aura ! La conférence de deux Prix Méditerranée Polar, Fabio Mitchelli, lauréat 2021 avec « Le loup dans la bergerie » (Ed. Robert Laffon) et Fabrice Papillon, qui a obtenu le prix l’an dernier pour « régression » (Ed Belfond), mais aussi « Les auteurs à la barre », des tables-rondes en toute simplicité : Le public pourra y échanger avec les écrivains.

 

Les auteurs seront bien sûr disponibles pour dédicacer leurs ouvrages tout au long du festival.

A noter que vous pourrez aussi trouver au sein du festival le Livre dernièrement paru sur l’histoire du Paquebot des sables et vous le faire dédicas

Et des échanges, il y en aura ! La conférence de deux Prix Méditerranée Polar, Fabio Mitchelli, lauréat 2021 avec « Le loup dans la bergerie » (Ed. Robert Laffon) et Fabrice Papillon, qui a obtenu le prix l’an dernier pour « régression » (Ed Belfond), mais aussi « Les auteurs à la barre », des tables-rondes en toute simplicité : Le public pourra y échanger avec les écrivains.

Les auteurs seront bien sûr disponibles pour dédicacer leurs ouvrages tout au long du festival.

A noter que vous pourrez en profiter pour acquérir à cette occasion le livre récemment paru sur l’histoire du Paquebot des sables et vous faire dédicacer l’ouvrage par son auteur qui sera présent à bord.

JEP-2021

Journées du patrimoine 2021

Comme chaque année, l’association des Amis du Moonta Lydia se trouvera à bord du Paquebot des sables  durant les deux journées consacrées à la découverte du patrimoine. C’est l’occasion pour vous de nous rencontrer, échanger et découvrir le Lydia sous un autre angle.

Cette année en outre, vous pourrez acquérir le livre édité par la municipalité sur l’histoire du paquebot et vous le faire dédicacer par l’auteur, Olivier Alba, président de l’association. (en vente sur le paquebot pour la somme de 19 €

Au plaisir de bientôt vous rencontrer….

800px-Le_Lydia (2)

Les “vies du Lydia” depuis son arrivée. Episode 5: Le groupe Partouche. La fin de l’ère des casinotiers.

ÉPISODE 5: Le Groupe Partouche. 

    La fin de l’ère des casinotiers

             (2000/2010)

 Alors que le XXI ème siècle pointe le bout de son nez, le Lydia n’est plus que l’ombre de lui-même. Le casino est fermé, l’entretien se résume à un blanchiment à la va-vite tous les mois de juin, les embruns et l’humidité favorisent la prolifération des points de rouille et le bois est mangé par les champignons. C’est dans cette atmosphère de fin de règne que le Paquebot des sables va encore faire parler de lui. 

En effet, en 2000, le groupe Partouche, premier groupe de casinos en France va acquérir le Lydia en vue d’y rouvrir un énième casino. C’est chose faite au mois de mars de la même année. La société Lydia Invest, dont le paquebot est l’un des actifs, est acquise pour l’euro symbolique, à charge pour le groupe Partouche d’éponger les dettes qui s’élèvent alors à 20 millions de francs (source journal l‘Indépendant). Rapidement un directeur est nommé et le fondateur du groupe, Isidore Partouche, rend même une visite à son 50 ème futur-ex casino. 

Lors de son arrivée, madame Partouche ne peut retenir un cri d’horreur “Isidore, tu n’as pas acheté ça !”. C’est dire l’état dans lequel se trouve le Paquebot, silhouette fantomatique dressée sur une plage désertique.  

Néanmoins un dossier de réouverture du casino est déposée auprès du ministère de l’Intérieur.

Le pont des "embarcations" vu depuis la timonerie (année 2003) Source crédit-photo :Site ministère de la culture
 

Quatre ans vont s’écouler pendant lesquels rien n’est fait à bord ou presque. Pire encore, le nouveau responsable découpe et saccage des pans entiers du navire: Le mât arrière est retiré, ainsi que les bras des mâts de charge. Sur le pont des embarcations, on disque à l’envie les bossoirs et bers donnant un aspect fantomatique et vide à la silhouette déjà fort amochée du Lydia.

Bref le paquebot se transforme en jouet de baignoire. Un décor. Beau de loin mais loin d’être beau.

Les bossoirs et bers d'embarcations ont été découpés ! (année 2003) Crédit photo: site du ministère de la culture

Au bout de quatre ans, en février 2004, et après trois demandes infructueuses, le casino obtient enfin son autorisation d’ouverture.

Las. Il faut ouvrir pour la saison et à bord tout reste à faire, on va confondre une fois de plus vitesse et précipitation. Certes la coque est entièrement sablée permettant de retrouver le métal sain sous 30 couches de peintures et l’on change l’enveloppe de la cheminé complètement pourrie.

l54 - Copie (3)

 

Las. Il faut ouvrir pour la saison et à bord tout reste à faire, on va confondre une fois de plus vitesse et précipitation. Certes la coque est entièrement sablée permettant de retrouver le métal sain sous 30 couches de peintures et l’on change l’enveloppe de la cheminé complètement pourrie.

Mais on va faire aussi n’importe quoi. Ainsi les bois vont être  sablés à l’envie, les endommageant irrémédiablement. 

Pire encore, on va recouvrir les pont de lames de terrasse en bois pour “faire propre” et blanchir entièrement le paquebot, lui donnant la triste allure d’un navire-hôpital. Les fenêtres et portes sur le pont des “embarcations” sont condamnées.

Blanc et rien que blanc: Le navire fantôme

A l’intérieur pas grand chose de mieux: Rien à voir avec une ambiance paquebot “années folles” et les trois-quarts du Lydia restent à l’état de ruine.

 D’origine subsistent encore le social hall, l’escalier et le fumoir qui accueillent le restaurant.

Le restaurant sur le pont "promenade"
Le social hall
Le fumoir
L'escalier

La discothèque reçoit une nouvelle décoration. 

On organise des thés dansants

En fait quand on fait mal, on ne va pas très loin. C’est en substance ce qui va se passer. Aprés quelques années d’exploitation le restaurant inexplicablement ferme alors que son succés ne s’était pas démenti.

                            Les néons à même la coque, du grand n’importe quoi !

En 2008, l’ouverture d’un casino à Port-Leucate, ainsi qu’une mauvaise gestion vont faire sombrer  le paquebot. Au bout de seulement 4 ans, le casino-discothèque va fermer, une fois de plus. Il s’endort alors pour une période de trois ans pendant lesquels aucun repreneur ne se présente pour y exploiter un énième casino …

Après quatre échecs successifs personne ne veut plus tenter l’aventure.

                                                                                Olivier Alba

Pour consulter l’épisode N°4, c’est : ICI

Pour consulter l’épisode N°3, c’est : ICI

Pour consulter l’épisode N°2, c’est : ICI

Pour consulter l’épisode N°1, c’est : ICI