Les campagnes de rénovation du Lydia-épisode 3

En 2017, la troisième tranche est  engagée et se concentre sur le second niveau du paquebot, qui désormais accueille, et c’est une première dans l’histoire du paquebot, un musée qui est dédié à son histoire. Ce musée est  réalisé grâce à la collaboration de l’Association des Amis du Moonta-Lydia, qui prête gracieusement à la municipalité les objets qui concernent le paquebot et acquis au cour des dernières années. Le président de l’association s’est chargé en outre de rédiger les textes du parcours.

Ce second niveau à nécessité un travail colossal, réalisé presque entièrement par les employés de la municipalité. Le résultat est saisissant:

Avant travaux:

 

Après travaux:

Crédit photo: Marie-Hélène Cuvelier-Roy

En outre, le pont couvert arrière, dans le prolongement du second niveau, est recalfaté. Les structures du navire, massacrées et découpées sont reprises par les ferronniers.

Avant:

Après:

La timonerie, centre névralgique du navire est entièrement rénovée suite à des années d’abandon et de pillage:

“Avant”

“Après”

Pour finir, même si cela peut apparaitre comme anecdotique, les sols du “fumoir” et du “Social hall” sont remplacés par une moquette dont le dessin est conforme aux photos prises pendant la période de navigation du paquebot. Le “social hall” retrouve un piano.

Le fumoir
Le social hall

Le musée est inauguré début août de la même année:

Au centre de gauche à droite: Olivier Alba (président de l'AAML), Alain Ferrand (maire du Barcarès) et Jean-Marie Pacifico (adjoint au maire et responsable des travaux).

Une année riche en travaux donc pour le cinquantième anniversaire de l’arrivée du Lydia au Barcarès. L’aventure se poursuit.

Le lien vers l’article traitant de la campagne de rénovation précédente ICI

Le lien vers l’article traitant de la campagne de rénovation suivante ICI

                                                                                            Olivier Alba

Les campagnes de rénovation du Lydia -épisode 2-

Campagne 2015/2016

En 2015, la seconde tranche est engagée avec la participation de l’association (Association des Amis du Moonta Lydia) auprès de laquelle la municipalité a sollicité une assistance technique et historique.

La rénovation du paquebot se porte sur le pont des embarcations qui a été débarrassé des lames de terrasse qui le recouvrait et des multiples couches d’étanchéité disgracieuses. Le pont d’origine proprement dit a été mis à jour, il est calfaté pour en assurer l’étanchéité.5

Le pont des embarcations avait été recouvert par le précédent propriétaire de multiples couches pour tenter de résoudre, en vain, les problèmes d’étanchéité des hauts du navire. Le tout surplombé de lames de terrasse de la grande distribution pour une esthétique plus que discutable. Solution inefficace, onéreuse et sans rapport avec la réalité patrimoniale.

L’AAML est chargée de trouver une solution à ce problème et propose à la municipalité de faire appel aux services d’une société spécialisée en charpente de marine et basée à Marseille.

Marché réalisé avec appel d’offre, les charpentiers se mettent au travail, le pont ayant été préalablement dégagé par les employés municipaux.

Les charpentiers au travail

Le travail est colossal! Il s’agit de rainurer les vieux joints d’origine pour en déposer de nouveaux. L’opération reste conforme à celle traditionnelle si ce n’est que l’étoupe et le goudron sont remplacés par une gomme synthétique plus résistante dans le temps.

En tout il a fallu refaire 2, 5 km de joints  et changer les 3000 bouchons en bois qui cachent les boulons fixant le pont à la structure du navire.

Le pont rénové

Le changement le plus visible par tous reste néanmoins celui de la nouvelle livrée du Paquebot qui retrouve ses couleurs noire et blanche d’origine, marques d’un nouveau départ:

Présent et passé..ou peut-être l'inverse

Le résultat est à la hauteur des espérances, l’effet est saisissant entre le “AVANT”

Et le “Après “ peinture….

Le “Paquebot des sables” peut envisager l’avenir avec une sérénité retrouvée, silhouette forte qui s’inscrit résolument dans le paysage environnant.

Et tant pis pour les nostalgiques du blanc !

Le lien vers l’article traitant de la campagne de rénovation précédente ICI

Le lien vers l’article traitant de la campagne de rénovation suivante ICI

Olivier Alba

Président de l’AAML

Les campagnes de rénovation du Lydia -épisode 1

Suite au retrait du dernier des casinotiers, le Paquebot des sables va connaître plusieurs campagnes de rénovation à partir de l’année 2015. Campagnes salutaires de la dernière chance.

Campagne 2014/2015

Une accumulation successive de structures "casse" le ligne du "Paquebot des Sables"
En vue aérienne le navire pris dans son carcan (crédit photo Google)

Le Lydia est à ce moment-là enserré dans une gangue de bâtiments annexe, extrêmement disgracieux et cassant la ligne pure du navire. La priorité est alors donnée de le débarrasser de tout ce béton.

Côté mer les systèmes de clim et chauffages sont à même la coque beurk!
Démolition des structures avant, on respire ! (crédit photo Xavier Cuvelier-Roy)
La silhouette réapparait peu à peu ! (crédit photo Xavier Cuvelier-Roy)

Côté terre, le bloc de béton vit ses dernières heures….

La coque avait été, hélas, largement ouverte, les ferronniers sont au travail pour reboucher ces cicatrices

On en profite pour reboucher les larges ouvertures qui avaient été faites dans la coque ….

Côté mer la démolition du “Patio a commencé elle aussi….

La vue sur mer était affreuse...
Il y avait un navire derrière le béton !

…Avouons que c’est mieux là aussi !

Sur la plage avant il y a aussi du changement: Le restaurant “Isadora” construit dans les années 70′, et très dégradé, est démoli:

Crédit photo Hobbies Blog

L’ “Isadora” avait été construit sous l’ère japonaise pour accueillir un restaurant en lieu et place de l’ancienne piscine des années 60′.

La place nette, petit à petit le Lydia retrouve une silhouette conforme à l’origine:

Une dalle de béton avait elle aussi été coulée sur le pont. Les employés municipaux font place nette.

Sous une dalle en béton on retrouve le pont en tôle d’origine et l’espace de l’ancien “Deck bar” des années 60′

L'ombre portée rappelle l'emplacement de l'ancienne piscine

Vu de plus loin

Le roof se dégage à nouveau de la plage avant

Le résultat final :

Sous le gaillard avant la structure est rénovée et repeinte (crédit photo Marie-Hélène Cuvelier-Roy)

Et ce n’est que le début…Le chantier se poursuit aujourd’hui…

A suivre….

La seconde tranche de travaux ICI

Olivier Alba

Président de l’AAML